Tout ce qu’il y a à savoir sur le ballon d’eau chaude

Le chauffe-eau, qu’on appelle aussi cumulus ou encore ballon d’eau chaude, est désormais un accessoire incontournable dans les foyers. Electrique ou à gaz, ce matériel peut donner son plein rendement pour le confort des ménages.

 

Description du matériel

Les pièces maîtresses du ballon d’eau chaude

Cet accessoire est autonome et facile à installer. Il est principalement constitué :

  • d’une cuve en acier émaillé ou inoxydable,
  • d’une résistance électrique (pour les modèles électriques)
  • d’un brûleur (pour les modèles à gaz)
  • d’un thermostat de régulation de la température d’eau, le tout recouvert d’une carrosserie  de protection, qu’on appelle aussi jaquette.

 

 

Aspects techniques et fonctionnels

A l’intérieur de cette carrosserie et englobant les composants sus mentionnés, il y a une couche d’isolation, généralement en mousse de polyuréthane, ainsi que le dispositif d’arrivée d’eau froide et de départ d’eau chaude. Sur certains modèles, il peut y avoir une anode anti-électrolyse.

Les modèles électriques peuvent indifféremment être installés au sol, disposés sur un socle, montés verticalement ou horizontalement, accrochés au mur ou au plafond suivant la place disponible et les préférences de chacun.

Comment choisir son ballon d’eau chaude ?

Du fait de l’incidence pécuniaire que l’eau chaude sanitaire représente dans le budget familial – de l’ordre de 15% de la facture énergétique d’un logement – il y a lieu d’apporter le plus grand soin dans le choix du matériel à acheter. Les critères qui devraient primer sont entre autres :

  • le confort que doit fournir cet accessoire dans lequel on doit investir. L’idée est de pouvoir bénéficier de l’eau chaude à volonté, tout en tenant compte du coût du ballon d’eau chaude également;
  • l’économie qu’il faut générer dans les factures du mois ;
  • la praticité, en ce sens, que le matériel doit être conforme aux besoins de la famille, à l’agencement du local où il est installé et au rendement qu’on attend de lui ;
  • la durée de vie qui est doit être proportionnelle à l’importance de l’investissement qu’on fait.

Il va sans dire que l’espace dont on dispose dans la maison entre également en ligne de compte pour pouvoir décider s’il faut opter pour un modèle vertical, horizontal, mural ou au sol. Les appareils horizontaux ont la particularité plus d’espace par rapport aux chauffe-eaux verticaux. L’estimation commune est que le chauffe-eau doit produire environ 40 litres par jours par personne. Si le ballon d’eau chaude est trop petit, le confort du ménage s’en ressentira ; un ballon surdimensionné entraînera non seulement des pertes pécuniaires mais aussi un gaspillage d’énergie.

Il y a également à choisir entre un ballon d’eau chaude au gaz ou un ballon d’eau chaude électrique. Ce dernier semble avoir la cote dans la mesure où il est plus facile à installer et le coût plus abordable, de l’ordre de 200 euros à 1500 euros avec des capacités allant jusqu’à 500 litres.

Le fonctionnement d’un ballon d’eau chaude

Un principe simple

Le principe du fonctionnement d’un ballon d’eau chaude repose sur l’eau de la cuve chauffée par une résistance électrique ou par le brûleur de gaz. Pour les modèles électriques, le schéma est le même que pour la bouilloire électrique.

Bien-être et économie d’énergie

Il faut dire que les avancées technologiques ont aujourd’hui réalisé des prouesses telles que divers accommodements qui jouent en faveur du confort et du bien-être de l’utilisateur. Le thermostat permet de faire une économie conséquente d’énergie, tout comme les possibilités de programmation pour indiquer une absence pendant un certain temps.

Mécanisme pour avoir de l’eau chaude

Le système consiste en une cuve fermée dans laquelle une résistance électrique régulée par un thermostat chauffe l’eau qui arrive. Le thermostat coupe l’alimentation électrique quand la température de l’eau atteint celle requise.

Le trajet de l’eau

L’eau froide sous pression remplace l’eau chaude qui se déverse dans le robinet. L’ouverture du robinet provoque deux effets dans le ballon. Le déversement de l’eau chaude de la partie du ballon où s’accumule l’eau chaude et le remplissage de la partie basse que doit chauffer la résistance jusqu’au rééquilibrage des pressions des deux parties.

Un réglage progressif du thermostat

Le réglage du thermostat est à faire manuellement pendant les premiers temps d’essai afin d’avoir la température voulue.

Réserve effective d’eau chaude

Un simple branchement dans la prise permet de répondre aux besoins d’eau chaude sanitaire de la maison et on peut visionner en en temps réel la quantité d’eau chaude disponible. Le principe du thermostat rend possible l’économie d’énergie.

Le ballon fait fonction d’accumulateur d’eau chaude sanitaire, chauffe l’eau pendant les périodes creuses et la restitue, ensuite, tout au long de la journée.

Les limites du chauffe-eau

Le ballon d’eau chaude distribue l’eau chaude à la grande satisfaction de la maisonnée mais il faut savoir que l’eau est sa principale ennemie. Trop douce, celle-ci entraîne une corrosion rapide la cuve tandis qu’une eau dure endommage la résistance. Un certain nombre de problèmes peuvent également survenir au niveau du ballon d’eau chaude :

  • l’eau qui provient du ballon d’eau chaude est malodorante, voire sale du fait de l’accumulation de sédiments dans la cuve et celle-ci est corrodée.
  • le ballon d’eau chaude fait disjoncter le compteur électrique
  • le thermostat disjoncte du fait de la surchauffe, cas visible quand la résistance est entartrée,
  • la résistance blindée est au contact avec de l’eau, ce qui l’expose à la couche de tartre qui se dépose vite et pose problème aux échanges de température.

Recherche de rendement plus élevé

Le chauffe-eau thermodynamique a l’avantage de respecter l’environnement. Constitué de deux élements :

  • un ballon d’eau chaude
  • une pompe à chaleur.

Le chauffe-eau utilise l’énergie présente dans l’air ambiant, c’est ainsi qu’on l’installe dans des locaux suffisamment large mais non chauffés, tels que les sous-sols ou les garages.  L’économie est considérable et on estime le gain à une échelle de trois mais le coût  à l’installation est d’environ 2700 euros.

Précautions d’utilisation

Il faut adjoindre un groupe de sécurité au système de production d’eau chaude sanitaire. L’eau en se chauffant se dilate et peut provoquer des fuites au niveau des joints. C’est là qu’intervient le groupe de sécurité qui contrôle en permanence la pression à l’intérieur du ballon et en extrait le trop-plein.

Détartrer régulièrement le chauffe-eau est une garantie de longévité et d’absence de pannes sans omettre l’économie d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.